Select Page

L’astuce de l’offshore

 

Par contre, si vous placez vos avoirs dans une société offshore, c’est cette société qui sera titulaire du compte bancaire. Or – et c’est qui fait tout l’attrait de l’offshore dans l’évasion ou la fraude fiscale – la loi oblige à déclarer un compte à l’étranger si le détenteur est une personne physique, pas si c’est une personne morale, c’est-à-dire une entreprise.

Pour une personne physique, il est illégal de ne pas déclarer le compte lié à la société, puisque, rappelle Bercy, « les comptes détenus à l’étranger directement ou par l’intermédiaire de structures (dès lors que le contribuable dispose d’une procuration sur le compte) doivent être déclarés sur la déclaration de revenus ».

Pour ouvrir un compte offshore visiter le site de notre partenaire :  https://fbsb.com

 

 

 

En revanche, une entreprise n’a pas l’obligation de déclarer ses comptes à l’étranger. Ainsi, dans le cadre de l’évasion fiscale, c’est une entreprise sise aux Bahamas ou aux Seychelles qui sera titulaire de votre compte bancaire, alors que l’utilisateur de ce compte sera en fait la personne physique, vous qui avez créé cette société et qui en êtes le bénéficiaire réel. A ce titre, vous pourrez utiliser le compte de ladite société sans que votre nom soit mentionné. En somme, la personne physique est cachée derrière la personne morale.

C’est évidemment illégal, mais le fisc aura du mal à vous retrouver, surtout face à un Etat non coopératif.

Ouvrir un compte offshore offre plusieurs avantages. À l’heure où le secret bancaire n’existe plus ou presque plus dans l’Union Européenne, et où l’interminable crise économique et financière ne cesse de causer des sueurs aux investisseurs et autres entrepreneurs, le compte offshore à forcément de quoi séduire. Bien sûr, selon les juridictions, les attraits seront différents, mais vous trouverez tout de même de nombreuses solutions pour la protection et la discrétion bancaire de vos sociétés offshores.

 

 VISITEZ NOTRE PARTENAIRE :